Retour
 
Le tas de bois était en plein délire.
Il s’était habillé en château médiéval avec donjon, mâchicoulis et échauguettes,
doré par un soleil paumé qui était resté là
   
et je me vis,
    toute petite
    vêtue de moire jaune
    à la plus haute fenêtre de la plus haute tour.

Je n’attendais que moi...

             
        LE TAS DE BOIS
    La nuit venait, si douce que je m’ensommeillai,
    histoire de me convaincre qu’il n’y avait plus rien
             qu’un au-delà de songes.
    Les pierres me contemplaient, goguenardes,
             lourdes comme le temps.


        Rendez-vous au tas de bois !
     siffla un merle qui passait comme une flèche.
           Cela me réveilla.
             J’y allai.

Je levai ma main droite et me mis à chanter d’une voix minuscule, aérienne
    et si claire
            que tout se tut.  

suite...